Le journal d'Eye-Ollie

Le journal d'Eye-Ollie

Chaque Jour un peu Moins : Lundi 20 Novembre 2017

     Ce matin je schmeckte[1] de la fente. Comme un aandjicapé qui a baigné dans son jus tout le dimanche, dans son pich'to, qu'il conviendrait donc de j'ter[2]. C'est toujours de la faute aux autres, puisque moi je ne peux plus me laver. Je me regarde dans la glace : j’ai la tronche de Muriel Robin. Balek total. J'ai épargné à Julien la "dernière" douche puisqu'il déménage et quitte INES. Du coup je me casse aussi de cette boîte de merde. J'ai envoyé un dernier mél à ce gros petit chef : c'est marre. J’en ai assez des interlocuteurs illettrés incapables d’aligner deux phrases par courriel, et qui continuent inlassablement à m’envoyer des plannings bidons ainsi que des cagoles totalement inutiles. Du coup les intervenants du spectacle se faisant plus rares, il fallut trouver un subterfuge pour permettre à Nathalie de Sab-sans-thé un week-end. Pani-pwoblem, mon père et Tom Vassal se sont proposés pour "garder" le gastéropode. Trop bon : un week-end entre couilles !

Le vendredi fut consacré à la célébration de la sortie officielle de mon livre Chaque Jour un peu Moins, avec banderole "façon CGT[3]", élévation dans les airs, presse, photos, vidéo drone et apéro. Voyez ma page Facebook. Je l'avais déjà fait une fois (m'assoir sur une palette élevée au maximum par un engin de chantier), sans vertiges particuliers : il suffit de regarder à l'horizon. Cette fois-ci je me suis chié dessus !!! Putain la peur ! Il faut dire, j'avais froid et le vent me secoua le fauteuil et les tripes. J'avais voulu faire toute une mise en scène à la Mathieu Chedid, avec un canapé, une table basse, télé années 70, plantes vertes, tapis... tout ça sur un plateau élevé dans le ciel au-dessus de Cotignac. Je proposais l'idée à la O-Team : -Ouais, génial. Carrément ! fut globalement la réponse. Mais de là à réussir ce pari osé il y eût un fossé. Les réactions allaient comme suit : -Tu ne peux pas faire ça sans autorisation ! Il faut informer les autorités ! Tu te rends compte du danger ? Et pas Tatie... et pas Tata-Yoyo (non plus) ...

C'est certain, le maire et le préfet seraient ravis d'autoriser un aandjicapé à tomber (avec sa plante, sa télé seventies, et son canapé Poltrooonéssofà) de 80 mètres de haut sur le toit d'un.e citoyen.ne du village. Ils n'ont que ça à faire !  -Evidemment, bande de bites molles ! Je voulais justement faire semblant d’aller au casse-pipe pour créer le buzz, le truc dont tout le monde parle, et réaliser une vidéo spectaculaire avec le drone par-dessus les toits de Cotignac. Le temps que les flics arrivent on aurait emmagasiné assez d'images pour faire LA vidéo qui pète les compteurs sur You-teub et les sites dédiés à la SLA...

Mais non, finalement j'étais tout seul sur ce coup-là. Je suis en mode Balek, mais je comprends très bien que mes amis n'ont pas forcément envie de payer d'amende, ou se retrouver au poste avec des gendarmes pas marrants. C'est assez consternant d'ailleurs : les gendarmes sont dépourvus de toute notion d'humour. Et puis, comme dit l’autre, on a tous a une merde au cul et mieux vaut ne pas jouer aux cons. M'enfin, avec le principe de précaution on vit certes vieux, mais une vie plate comme Jane Birkin, et fade comme Jane Birkin aussi. On a donc renouvelé l’espériaaance sur terrain privé, là où se trouve l'ascenseur vers le ciel. Cette fois-ci la carte mémoire avait été vidée au pré à l'able, mais it's never as good as the first time. Malgré les efforts de la bande, le buzz ne fut point. Ni le tour de l'hexagone, comme imaginé.

 

     Mon père passa la soirée avec moi et constata avec stupéfaction mon côté pipole[4] lorsque je lui demandais de m'installer devant Plus Belle La Vie. Il quitta carrément la pièce. C'est la triste vérité, j'avoue. J'ai beau écouter France Culture de longue, préférer de loin Arte et le cinéma d'auteur, avoir une aversion pour les matchs de foot & rugby... je regarde PBLV ! Profitez-en ! Foutez-vous de ma gueule ! -Allez... wééééehh ! Mon papa de 70 piges fut levé ozoror, et attaqua le boulot à huit heures. J'adore cette ponctualité et cette constance, je mettais moi-même en œuvre ces principes et me foutais bien du Candy-ra-thon. La mission du jour était de réaliser un tunnel pour le chat, et pas une vulgaire chatière. A onze heures les outils étaient rangés et Grisou avait sa propre porte d'entrée principale, nickel chrome, maçonnée avec amour. Papa en a réalisé des dizaines, toutes originales. La plus chiadée nous prit une journée entière : un tunnel à angle droit (comme à Barjols où tout le monde klaxonne[5] malgré l'interdiction) dans de la pierre ! Mais quand on aime (les chats) on ne compte pas. Je passais donc mon dimanche sur Sketch up à concevoir un escalier en polystyrène haute-densité avec tapis rouge pour notre félin Roi.

Puis vint le samedi soir à deux avec mon poteau Tom, ça j'en redemande ! Il y avait longtemps qu'on n'avait pas ri comme ça ensemble ! La télé aida avec une vieille compil' des Inconnus, mais pas seulement. Evidemment on s'est mis la race[6] devant un bon feu de cheminée, à rire comme des baleines jusqu'à plus de souffle, et croyez-moi entre lui et moi on est vraiment des vieilles merdes ! Plutôt un couple de poitrinaires, au sens premier du terme. J'aurai payé cher pour une photo de nos fatches à deux heures du mat'. Ainsi qu'une vidéo du transfert de mon corps sédaté à souhait. Malgré tout, Tom assura sur tous les fronts : 19,5/20 ! Un bémol pour la gêne sonore occasionnée lors de son sommeil : Tom ronfle si fort, qu'à dix mètres dans une autre pièce on se réveille. Même lui se réveille ! MDR. Il n'y plus un loir à Saint Martin depuis. Mêmes les sangliers se sont tirés. L'haleine de Tom est si puissante que la laque de Chine de son briquet Dupont a fini par se détacher. Lui dit que c'est le climat humide des Antilles, mais il a inventé cette histoire. D'ailleurs, le dimanche matin la peinture des murs cloquait et les plantes en pots étaient mortes. Putain, pour attaquer le glycérophtalique il faut une sacrée haleine ! Même les couverts inox DANS UN TIROIR étaient piqués ! Là je ne puis pas me battre, c'est lui le plus fort.

Le restant de la semaine fut quasiment consacré à la promo de mon bouquin. 600 courriels, 35 dédicasses (et voui) et les réponses par mél. Je m’écris les cartes postales du front, va me falloir du collyre à œils taille restauration. Le Var-Matin devrait relayer la nouvelle incessament sous peu.[7] Un collectif métissé de personnes néerlandophones se propose de traduire l’ouvrage en hollandais. –Y’a rien là ? Je me suis empressé de leur dédicasser un exemplaire, ça ne se refuse pas une telle proposition. Bon, manifestement ils n’ont pas encore mesuré l’ampleur du problème. Mais la perspective m’honore. Chapeau bas !

 

     Par contre, faisons un topo sur ma condition : là c'est déjà moins drôle. Il faut bien que je vous en parle, sinon vous allez croire que je guéris. Non non non, paaaadutou ! La spasticité de mon grand corps malade augmente de manière inquiétante, malgré la codéine que j'avale tous les soirs. Tous les "ressentis" se mélangent dans ma tête, c'est n'importe quoi ! Lorsque je baille j'ai froid, lorsqu'il fait froid j’ai les jambes qui partent en couille : c’est comme une voiture française où quand tu mets les essuie-glaces il y a la vitre arrière gauche qui descend. Pareil. La fin du bâillement se termine systématiquement par une morsure de ma lèvre inférieure. Déjà que j'ai des aphtes, je te raconte pas ma fiole : de plus en plus débile ! Ma mâchoire joue des claquettes à l'occasion (sans raisons, juste pour faire chier) "façon" Jean Louis Boyer. Mes interlocut.eurs.rices pensent que j'ai froid, mais ce n'est pas le cas. Sous la douche mes bâillements se finissent par un corps bandé et impliable, seule la patience en vient tabou. Mes cordes vocales servent désormais à réguler le flot d'air expiré, si bien que je baille de manière sonore pendant une bonne minute, et ça sans vouloir faire du bruit. Passons aux membres. Il ne m'en reste qu’un seul fonctionnel : un piège tabou, un joujou extra, les auxiliaires en tombent à mes j’nou

Les mains sont devenues totalement mortes. Mon népol droite arrive encore à faire bouger la souris en tirant sur le bras. Quant aux jambes, elles sont totalement incontrôlables mais ne « perdent » pas d'un point de vue masse musculaire, ce qui est fort pratique et évite, pour l'instant, l'achat d'un transpalette. Oui, ça y ressemble ces appareils abominables pour transférer les mollusques de ma sorte. Mais je sais qu’un jour ce type d'engin finira par entrer dans ma piaule. Alors, bien sûr, on le modifiera pour extraire les moteurs des voitures, drôlement pratique. Tom squattera mon lève-malades et je resterai au lit, peinard. A présent les yep[8] : je suis maintenant capable d'applaudir des pieds. C'est n'importe quoi, je te le dis. Mais very dick. J'applaudis des pieds ! Pour de bon, putain ! Les fausses routes augmentent, les substances liquides deviennent un véritable problème. Avaler ma propre salive (je précise dès fois qu'il y en aient qui croivent que j'avale la salive des autres) peut créer une fausse route soudaine et déclencher une quarte voir une quinte de toux. Et là : corps raide comme la justice, toutes mes positions au Cap Canaveral fichues, bref : impossible de communiquer au-delà. Très chiant lorsque je suis (laissé) seul. -C'est là que tu cliques deux fois sur "enchérir" et que tu remportes l'achat de Miraval[9]. Vas lui expliquer à Brad Pitt ! -Euh, me not done exprès. Me sick, malade... SLA, toi comprendre ? Bref, avaler un expresso me prend dix minutes et un demi-rouleau de Sopalin. Pareil pour le ballon de rouge Kitasch. Je pourrai tourner dans les pubs pour Vanish : -Alors, voici un aandjicapé tâché d'œuf, de vin rouge, de merde et de chocolat... Je mets une dosette de Vanish... et hop ! Il est prêt pour son match de tennis ! Seules les textures homogènes et semi-épaisses passent sans problèmes. Exemple : yaourts, compotes, purée, gaz pas chaud, jus de tomates, Yop, etc. Nath me force à continuer les petits morceaux, mais j'y crains de m'étouffer pour de bon à chaque cuillerée. Oui, j'ai peur de canner, surtout étouffé. Plutôt que de l'étouffe des héros, je préfère mourir de rire, ou de jouir (le fantasme de Gainsbourg). Un autre symptôme récent est la mâchoire qui serre sans cesse, "à la" Renard. Putain, je finis par ressembler à toutes ces figures que brocardais jadis. -Je suis enculé par le destin, ou quoi ? Je repense souvent à Georges qui, pendant une crise de spasmophilie avait sectionné un bâtonnet de bois censé protéger ses dents. C'est assez similaire chez moi, je vais finir par m'autodétruire, malgré mon logiciel interne qui me l'interdit. Je suis devenu un cyborg, oui mais avec la puissaaance dé la Founk[10]!

Vous savez ce qui est bon quand on a une pathologie comme ma SLA ? Et bien je vais vous le dire. C'est de méfu[11] un tarpé[12] avec une amie qui a apporté un pochon de beuh[13] délicieuse. Ça c'est bon !!! Tu n’as rien à faire (puisque tu peux rien faire). Tu n’as pas à chercher du bout[14] en bas de ta cage d'escalier d'HLM. Tu n’as pas à juger de la qualité : pas de pneu coupé en barrettes (vécu !). Pas de feuilles qui ne collent plus, pas de miettes perdues dans la pliure de la table (vécu aussi, et retrouvées un jour heureux où on n'avait plus de teush[15]), pas de tabac plein la moquette que ta femme s'évertue à aspirer tous les jours avec ce putain d'aspirateur à cent-finze décibels !  On te tient le medge[16], y'a qu'à fumer ! Quand t'es bien lapidé (stoned), tu ne sens plus aucun problème, aucune douleur, rien. T'es juste bien. Tu regardes ton ami.e qui a soudainement les yeux bridés, et tout va bien. Un sourire suffit au bonheur. Ne rien faire, mais ensemble. Tu laisses tes bras pendre comme les boulistes (papa me disait : -Tu vois, tu n’es pas le seul à avoir des bras de chimpanzé, au boulodrome y'en a plein des mecs comme toi...) et tu te ventile les aisselles au soleil. Royal au bar. Plus AUCUN problème. C'est ça qui est bon quand t'as une maladie qui te prive de tes membres. Et oui les représentant.e.s de La Grande Santé[17], il serait temps de reconnaître les bienfaits de l'herbe. De Provence ou d'ailleurs. Essayez avant de dire : -Non ! Sucez une pastille, fumez un stick, faites-vous des galettes... mais de grâce, sachez avant de bannir.

 

     Bon, trêve de confiseur, on passe aux Astuces de Mac iOllie : le magazine A Vos Macs a malheureusement publié son dernier opus. Le tout dernier. Après vingt ans de lecture de cette bible je reprends le flambeau, mon groupe média La Teinte Harasse™ a récupéré les droits et la Presse Mac francophone vivra encore. Je profite de mon blog pour vous glisser un estré du mois de Décembre à venir. Ce "tuto" vaut sans doute aussi pour les PCistes sur Win-daube, mais je ne parlerai que de ce que je connais, donc du Mac.

     Aujourd'hui l'application Contacts (Address Book) :

Si vous avez comme moi des milliers de contacts et que vous ne les avez jamais triés, et bien allez-vous jeter aux Goudes ! Si par contre vous avez déjà tenté de créer un rangement par le truchement de dossiers (groupes), là je vais vous trouver une astuce pour optimiser vos contacts et pouvoir envoyer des courriels à caractère de publi-diffusion. Je ne vais pas vous expliquer comment éditer les fiches, mais à mieux les trier. Il va de soi que vous avez déjà recherché et fusionné les doublons.

Commencez par séparer les bonnes graines de l'ivraie. Par exemple, créez des groupes comme suit : famille, amis, copains (-Tous vos copains ne sont pas des amis, ééééénon !), boulot, utile, santé, golf, putes de luxe, dealers, etc. Puis créez un dernier dossier fourre-tout, genre "autres". Si vous en êtes déjà là, bravo ! Maintenant on va laisser travailler le Mac pour nous. Notez que les "utilitaires" de l'Appstore dédiés au "nettoyage" et rangement de votre carnet d'adresses ne valent pas un clou. Fuyez ces "outils", j'ai essayé et c'est nul, le Mac est pourvu de touskifo.

Commencez par créer un groupe intelligent dont la condition de tri est : -la fiche > n'est pas membre de > groupe quelconque. Là vous devriez avoir une liste conséquente malgré vos efforts préalables. Vous trouverez bien une ou plusieurs fiches qui n'iront pas dans "autres". Glissez-les vers les groupes idoines et elles disparaîtront de la liste, puisque ce groupe obéit à une condition. Notez que si vous voulez supprimer une ou plusieurs fiches de ce groupe intelligent, elle.s sera.seront définitivement supprimée.s du carnet.-Mèèèfi !

Maintenant que tout le monde est rangé, admettons que vous désirez informer vos contacts de la parution de votre dernier livre (de cul), ou réaliser une liste des numéros de téléphones seulement des fournisseurs à coller sur le frigo... iPad sushis, un simple groupe intelligent fera le boulot. Je prendrai au hasard le premier cas (tiens donc...) : créez un groupe intelligent qui obéit à TOUTES les règles suivantes (cochez bien la case "toutes") :

-la fiche > est membre de > le groupe qui vous intéresse (les fiches du groupe Messe n'ont pas besoin de savoir que vous publiez un livre de cul). Ajoutez (ou pas) des conditions identiques avec d'autres groupes. ET ...

-l'adresse e-mail > est renseignée. Cela évitera les surprises lors des envois de courriel en masse. Validez.

Là vous avez une belle liste, mais vous voyez un ou plusieurs destinataires qui ne méritent pas d'être informé.e.s (genre un fournisseur qui a été malencontreusement placé dans "amis", ou le curé qui fait  aussi partie des "copains" etc.). Notez qu'à l'instar des fiches d'une base de données, vos contacts peuvent faire partie de plusieurs groupes. L'électricien peut être un ami, et le curé un excellent musicien -c'est le cas chéoam. En fait, tous les logiciels fournis avec votre Mac fonctionnent sur le principe d'une base de données relationnelle. Exploiter ces possibilités permet une gestion puissante de vos données, c'est fascinant. Créez des dossiers avec des conditions de tri complexes, l'ordi liera les fiches entre-elles : ainsi le Mac saura vous retrouver la vidéo où apparaît votre petit dernier à Ajaccio et l'enverra à ses parents le jour de son naniv'... -Si c'est possible ! Je vous apprendrai l'utilité d'Automator dans un autre tutoriel. Maintenant...

Créez un groupe vide et glissez-déposez-y la totalité des fiches obtenues avec votre dernier groupe intelligent. Effacez ce groupe intelligent devenu inutile.

A présent vous pouvez sélectionner la.les fiche.s inopportune.s. Vous aurez le choix entre : retirer du groupe ou supprimer pour de bon. La nuance est de taille : vous risquez d'avoir encore besoin de cet ami dealer, ou de cette pute chaudasse mais qui ne sont pas vraiment souhaitables pour faire la promotion de votre dernier ouvrage sur la reproduction des mollusques tétraplégiques. Lorsque vous   aurez nettoyé votre liste, profitez-en pour exporter une archive de tous vos contacts. Vous vous remercierez le jour d'un plantage. Notez que l'export au format CSV (Comma Separated Values, soit valeurs séparées par des virgules : très utile pour récupérer/éditer des listes sur Excel) n'est pas proposé par l'application Contacts. Il vous faudra une application tierce. Mais dans une autre astuce Mac Ollie je vous expliquerai comment faire sans bourse délier, sans Appstore, sans internet : juste avec votre Mac qui sait tout faire et dont vous ignorez 90% des capacités (rassurez-vous, c'est le cas de tout le monde).

Bon, pour finir : il ne vous reste plus qu'à glisser-déposer votre liste de contacts élus sur le cartouche des récipiendaires de votre courriel. Je vous suggère d'activer CCI (copie carbone invisible)  dans Mail et de coller là votre liste. Inutile pour Svetlana de voir que Clitorine l'a reçue aussi, elles seront jalouses et votre alibi « d'aller aux grives » (promener le fusil) de 17H à 19H sera foutu.

-Comment ? Votre serveur à deux francs refuse d'envoyer à plus de 90 destinataires ? Ah, ben c'est con pour vous ! Z'aviez qu'à choisir un serveur qui sert, au lieu de vendre des timbres ou de distribuer des "box" et des smartphones... Je vous expliquerai comment contourner ce détail, dans une autre astuce de Mac iOllie. Cointreau Nympho.

 

     Bien sûr, vous vous attendez à un exposé sur un tube musical, ébè nong. Cette fois ci, c'est vous qui allez trouver qui c'est. Shazam interdit. -Hèpèpèp ! Comme seuls deux membres sauront, vous finirez par utiliser Shazam quand même, et puis merde. Bande de cancres ! Mais Shazam ne vous dira pas quel groupes ont échantillonné Zapp & Troutman, hein les enfants ? ... -Mais non, j'l'ai pas dit... -Je l'ai dit ?

A tantôt.

 

     Allez, je vous offre une occasion de vous ratrapper : de quel sketch vient cette dernière réplique ?

 



[1] Schmeckter : Argot, venant de schmecken (goûter/déguster en allemand). Signifie sentir au sens de puer.

 

[2] Allitécope : Nouvelle figure de style inventée par ma belle-mère, et que je soumettrai à l’approbation de l’Académie Française dès que j’aurai cinq minutes. Allitécope vient d’Allitération (la répétition d'une ou plusieurs consonnes, souvent à l'attaque des syllabes accentuées, à l'intérieur d'une même phrase) et d’Apocope (une modification phonétique qui se caractérise par l'abréviation du mot complet, en gardant uniquement quelques phonèmes ou syllabes).

 

[3] CGT : Concours Général de Théologie. Signifie également Confédération Générale du Travail : un syndicat français. Il figure comme l'une des principales organisations syndicales de salariés dans les élections aux comités d'entreprise comme parmi les délégués du personnel, et fait chier régulièrement les honnêtes citoyens en brûlant des pneus sur le chemin du boulot, et en brandissant des draps marqués à la hâte avec des slogans revendicatifs. Mon drap ressemblait donc tristement à ça.

 

[4] Pipole : Néologisme français tristement validé par les académiciens, et dérivé de l’anglicisme people au sens de « gens célèbres » et réécrit « à la française ». Apparu dans les années 2000 avec le développement de la presse du même nom (souvent encore écrit people). La fréquence de son emploi est un bon indicateur de la « starisation » constatée depuis les années 1980. Le terme anglais people étant issu du français peuple, on assiste à un amusant retour aux sources… latines : populus (« habitants, peuple »). Et ça va jusqu’à pipoliser/pipolisation… Alain Decaux doit se retourner dans son mausolée !

 

[5] Klaxon : marque commerciale déposée par la société Klaxon Signals Ltd. Le mot « klaxon » a été inventé par son premier fabricant, F. W. Lovell, d'après le mot grec « klazō », qui signifie « hurler ». Désormais, le mot Klaxon désigne communément un avertisseur sonore. Il a même formé un verbe dérivé : klaxonner, CQFD.

 

[6] Se mettre la race : expression argotique signifiant consommer à outrance, particulièrement des boissons alcoolisées et autres substances stupéfiantes. On peut se mettre le compte, une mine, minable, une cartouche… à peu près tout. Mais pas un doigt, ça c’est au rayon « cul ».

 

[7] Pléonasme magnifique !

 

[8] Verlan :  forme d'argot français qui consiste en l'inversion des syllabes d'un mot, parfois accompagnée d'« élision », un type d'apocope, afin d'éviter certaines impossibilités phonologiques. C'est en inversant les syllabes de la locution adverbiale (à) l'envers que le terme de verlan a été créé. Initialement utilisé comme langage cryptique dans les milieux ouvriers et immigrés de la banlieue parisienne, il s'est rapidement répandu à toutes les classes de population, notamment grâce à son usage au cinéma et en musique. Donc : yep > pié > pied > pieds.

 

[9] Le château de Miraval est un château-bastide de style provençal du XVIIe siècle, un domaine de 600 hectares avec pinède, oliveraie et domaine viticole de 30 hectares du vignoble de Provence situé dans la commune de Le Val, à un quart d'heure de chez nous. En 1841, l'inventeur Joseph-Louis Lambot, précurseur du béton armé, s’établit au domaine jadis propriété de sa famille. Nous, les cotignacéen.ne.s connaissons bien ce dernier, puisque notre bus scolaire passait tous les matins devant sa stèle. En 1970, l’excellent pianiste de jazz français Jacques Loussier (particulièrement connu pour ses adaptations jazzy de l'œuvre de Jean-Sébastien Bach avec le Trio Play Bach) achète les lieux et y fonde en 1977 le Studio Miraval, un studio d'enregistrement de classe internationale de 300 m2 où de nombreux groupes enregistrent dont entre autres : Muse, Pink Floyd (The Wall, juste ça), Sting, Sade, The Cure, Courtney Love, The Cranberries, Téléphone, UB40, Level 42, AC/DC, Wham!, Indochine, Téléphone, Chris Rea, Judas Priest, etc.. Le château de Miraval est, depuis 2008, la propriété du couple Pit Brade & Lara Croft qui achètent le château et son domaine pour la modique somme de 35 millions d'euros. Et voui, c'est pipole chez nous.

 

[10] De la funk : provient d'une excellente (je pèse l'adjectif) parodie d'une scène de Terminator, par le génial Mozinor. Voyez ici.

 

[11] Verlan.

 

[12] Verlan aussi. Un tarpé est une cigarette roulée à la main avec du papier à cigarette et un bout de carton roulé sur lui-même en guise de filtre, contenant le plus souvent du cannabis (herbe ou résine) mais qui peut aussi contenir d'autres substances psychotropes possiblement diluées. S’appelle également « oinj », « bédo », « stick », « buzz », « spliff », « cône », « pilon », « tarjon » etc.

 

[13] Beuh : apocope du mot herbe.

 

[14] Bout : Synonyme de résine de cannabis (en bon français à papa). Egalement un cas lexical intéressant puisque le nom commun est devenu nom substantif générique. On achète DU bout.

 

[15] Verlan toujours.

 

[16] Medge : autre appellation de tarpé. Probablement un anglicisme. Je dois ce terme à Dorian Maloine qui me l’inculqua dans les années 80.

 

[17] La Grande Santé : Ouvrage de Frédéric Badré, mort à l’âge de 50 ans, en avril 2016 de la SLA. Ce livre me fut offert au tout début de ma pathologie par un ami visionnaire : Christian Bar. Je me vois encore le lire pendant mon premier diagnostic à La Timone. Ce livre m’a incité à écrire Chaque Jour un peu Moins. C’est un ouvrage « inclassable », et bien sûr je vous recommande sa lecture. Editions Seuil. ISBN-13 : 978-2021241990. Achat online : cliquez-là.

 

 

 

 

 

 

 

That's all folks !



19/11/2017
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 140 autres membres